Management et neuneuro-sciences

Les neurosciences ont envahi le management. Plus souvent pour le pire que pour le meilleur. C’est le royaume des neuneuro-coachs !

Vous voulez être au courant des dernières nouveautés scientifiques dans un grand nombre de disciplines? Suivez les modes managériales ! Une avancée dans la physique quantique ? Dans les mois qui suivent, apparait le “coaching quantique”. Une découverte en biologie ? Voilà qu’on nous propose les “organisations cellulaires” et le bio-management. Observation d’une nouvelle exoplanète gazeuse proche d’un trou noir ? Voilà qu’on nous annonce la sortie des derniers livres d’Edgar Morin et de Simon Sinek… Il n’y a pas de coïncidences…

En matière de pompage foireux, les neurosciences sont les Uber-victimes des Géo-Trouvetout du management. Disrupteurs en diable, ils créent sous nos yeux le neuneuro-management, cet eldorado pour coachs désoeuvrés et gogos en quête de sens.

Le plastique, c’est fantastique

Nos neuneuro-coachs ont découvert que le cerveau était plastique (d’abord ils ont cru “en plastique”…), soit qu’il était capable de se “remodeler”, bref qu’il fait preuve de neuroplasticité. Ils ont déduit de cette faculté, filant l’analogie matière-pensée propre au jediisme, que l’on pouvait ainsi modifier volontairement nos pensées et “reprogrammer” ou “reconfigurer” notre cerveau à volonté; à l’aide d’un coach, il va sans dire.

Cela n’est sans doute pas complètement faux, mais un peu simpliste quand même. Ce n’est pas parce que le cerveau est physiquement capable de recomposer des réseaux neuronaux, que la pensée en nécessairement est bouleversée. La cognition est plus que la circulation d’influx électriques et d’échanges chimiques dans une masse gélatineuse d’un 1.5 kilos. Ce qui est par contre assuré, c’est que les neuneuro-coachs, dont la plasticité neuronale est gélifiée, sont capables d’affirmer ce genre de chose :

“Le cerveau ne fait pas de différence entre une situation réelle et imaginaire. Cela veut dire qu’il est possible de visualiser certaines situation et de s’y projeter positivement (HR Today 2022 : 22).”

Qu’a voulu nous dire notre neuneuro-coach ? Il a peut-être cherché à nous faire comprendre que matériellement dans les deux cas, sur le plan physiologique, les mêmes phénomènes et mécanismes sont observables dans le cerveau, que le détenteur du blob cérébral en question soit confronté à une situation réelle ou fictive. C’est possible, mais que doit-on en tirer ?  En fait, il est bien possible que les termes de l’affirmation (non différentiation et visualisation positive) soient corrects chacun en eux-mêmes, mais rien ne prouve qu’ils le soient ensemble causalement. Notre neuneuro-coach ne démontre rien. Il assène.

C’est là toute l’astuce à laquelle recourent les neuneuro-coachs en tous genre : ils créént une équation fictive en joignant deux termes indépendants l’un de l’autre, ce qui donne à l’affirmation l’aspect de l’évidence ou de la scientificité. Aucun développement, aucune démonstration, une simple affirmation. Un décret.

Neuneuriser pour mieux relationner

Mais au fait, ça sert à quoi les neurosciences dans le management ? Cela sert à “relationner” et manager plus efficacement (Sautivet 2020: 15). Comment ? Comme cela :

“Les découvertes scientifiques de ces dernières années permettent de comprendre les zones du cerveau à l’oeuvre dans toutes les situations (émotions, apprentissage). Savoir quelles zones sont activées permet de comprendre ce qui se passe dans le cerveau et décrypter ces mécanismes permet d’appréhender les comportements pour ce qu’ils sont : des réactions réflexes, non maîtrisées et issues de nos habitudes” (Sautivet 2020 : 20).

Passons sur la technique de la juxtaposition (zones du cerveau => mécanisme d’appréhension des comportements) désormais bien connue. En quoi, connaître la zone du cerveau nous donnerait-il une explication sur le comportement analysé ? – Eh ben pasque si on constate que votre système limbique est activé lorsque vous êtes en colère, c’est que vous êtes sous le coup d’une émotion ! – Super ! Et alors ? – Ben alors, c’est pas bien. – Et pourquoi ? – Pasque ! En fait, la référence à la localisation de la zone du cerveau ne sert à rien. Localiser la boite de vitesse dans une voiture ne sert pas à grande chose en soi. Cela ne nous dit pas grand chose de son rôle et de son fonctionnement.

La référence aux neurosciences ne sert en réalité qu’à asseoir le discours lénifiant et ordinaire du développement personnel :

“Il nous faut prendre de la distance par rapport à notre vision de la réalité, par rapport à nos croyances et à nos pensées encadrées ou limitantes. Sans ce renoncement à nos certitudes, il ne peut y avoir d’évolution réelle de notre pensée, de nos émotions et de nos actes” (Sautivet 2020 : 94)

Une fois balancée la référence aux neurosciences en préambule, on peut bullshiter à donf; il n’y a plus de limites.

Diafoirus du blob

La neuneuro-science pratiquée par nos Diafoirus du blob consiste en un recours foireux aux neurosciences (la plupart du temps mal digérées) pour assaisonner le traditionnel brouet indigeste du développement personnel et de la psychologie positive. Les neuneuro-coachs sont des pratiquants de l’amalgame, de l’ellipse, du raccourci et de la simplification. Ils produisent du bullshit managérial en infusion, en suppositoire et en aérosol.

Ce faisant, ils donnent une image déformée des neurosciences. Et nous prennent pour des c….

Tiens ! Au fait, on la localise où la connerie ?

Références :

HR Today (2022). “Les neurosciences ont légitimé les liens entre émotions et rationalités”, in HR Today, N°6/2022. pp. 21-24

Sautivet, L. (2020). Le neuro-manager. Managez et décidez avec les neurosciences. Paris : Vuibert.

Sur les abus en matière de neurosciences dans le management, on ne saurait trop conseiller le podcast Meta de Choc et notamment cet épisode :

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Management et neuneuro-sciences

  1. Bonjour Monsieur Genoud.
    Bien d’accord avec vous. Ces beaux parleurs nous enfument.
    Peut-être serez-vous intéressé par mon étude qui propose une représentation nouvelle quantifiée de L’Homme dans ses 3 composantes physique, affective, intellectuelle.
    Une méthode simple qui s’accorde parfaitement à la Caractérologie de R. Le Senne,une oeuvre de bon sens.
    Je peux vous l’envoyer en pièce jointe pour consultation.
    Bien cordialement. R.Lavernhe.
    SITE https://homme-triangle.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *